Immobilier, quoi de neuf en 2018

Les premières mesures phare du nouveau gouvernement vont entrer en vigueur cette année. Les principaux changements concernent la taxe d’habitation, l’IFI, le PTZ, le dispositif Pinel ainsi que le bail mobilité. La présentation officielle en conseil des ministres de la loi logement aura lieu début février. avant-première.

La taxe d'habitation
La suppression de la taxe d’habitation pour 80% des contribuables faisait partie des annonces les plus médiatiques d’Emmanuel Macron lorsqu’il était candidat aux élections présidentielles. La mise en œuvre de cette suppression sera progressive. Le budget 2018 prévoit une première baisse de 30 % pour les ménages concernés, puis de 65 % en 2019, avant une exonération complète en 2020. Le budget 2018 remplace le célèbre ISF (Impôt sur la Fortune) pour créer l’IFI. Les contribuables concernés verront la base de calcul de cet impôt désormais assis sur les seuls biens immobiliers. Cela concerne les personnes détenant un patrimoine immobilier net taxable supérieur à 1,3 M €.

Le dispositif Pinel
Dispositif d’incitation fiscale à l’investissement locatif, le « Pinel » est prolongé jusqu’en 2021. Toutefois, il est désormais recentré sur les zones les plus tendues (A et B1). Sur d’autres secteurs (B2 et C), il reste envisageable uniquement si les permis de construire ont été déposées au plus tard le 31 décembre 2017 et si l’acquisition est effective dans le courant de l’année 2018.

Le PTZ (Prêt à Taux Zéro)
La loi de finances a prolongé le PTZ jusqu’au 31 décembre 2021. Toutefois, des modifications sur son champ d’application ont été apportées. En 2018 et en 2019, le montant finançable à taux zéro dépend de la nature du projet immobilier ainsi que de sa situation géographique. Dans les Zones A, A bis et B1, la quotité est de 40 % et ne concerne que les produits neufs. Dans les zones B2 et C, la quotité est de 20 % et s’applique aussi pour les biens neufs que pour les anciens avec travaux.

Le bail mobilité
Mesure phare de la nouvelle stratégie logement du gouvernement, le bail mobilité spécifique de 1 à 10 mois non renouvelable et sans dépôt de garantie est réservé aux personnes en formation professionnelle, en contrat d’apprentissage ou en stage. Destiné aux jeunes, il pourrait être prochainement élargi à d’autres catégories de locataires.

Réagissez !