REPORTAGE

Aix Sainte-Victoire : vers l’accalmie ?

Après deux années de hausse significative, les prix semblent se stabiliser sur le marché de la transaction, mais le retour de la clientèle étrangère accentue la rareté de l’offre.

Fondée voilà 19 ans par Annick Mossay, l’Immobilière du Tholonet se consacre à la transaction dans un périmètre de 30 kilomètres autour d’Aix, avec une prédilection pour les propriétés, maisons, appartements et terrains au caractère exclusif.

«Aujourd’hui, les acquéreurs privilégient les résidences secondaires ayant vocation à devenir leur résidence principale. Ces biens sont accessibles à partir d’1 M d’€, mais peuvent atteindre des prix nettement supérieurs, dans la mesure où l’immobilier de prestige bénéficie d’un engouement soutenu. Néanmoins, l’épuisement des stocks survenu au lendemain du premier confinement a provoqué une hausse des prix significative, parfois jusqu’à 20 %. Par ailleurs, au regard des prix élevés, les acquéreurs se montrent légitimement exigeants.»

Annick Mossay - Immobilière du Tholonet. (04 42 66 80 43)

Récemment, la spécialiste a assisté à la mise en vente de nouveaux biens sur le marché, laquelle augure d’un potentiel rééquilibrage entre l’offre et la demande. Conjointement, les acquéreurs étrangers sont de retour à Aix.

«Après deux ans d’absence, les clients américains reviennent. Nous accueillons également des Belges, ainsi que de nombreux Français qui étaient expatriés à Londres, Dubaï et Singapour. En matière d’emplacement, Le Tholonet concentre l’essentiel de la demande, car ce secteur bénéficie de son ouverture sur la Sainte-Victoire, de la route Cézanne - seule route classée de France - et de sa proximité avec les nombreuses voies de randonnées locales.» En 2022, l’Immobilière du Tholonet commercialisera un programme neuf, résolument qualitatif, comptant 18 appartements accessibles à partir de 7.000 €/m2.

Sous la direction de Pascal Boyer, l’Immobilière Pelletier Savon se consacre depuis 1970 à l’immobilier haut de gamme à Aix, en synergie avec la seconde enseigne du groupe, Immobilière Sextius Mirabeau, spécialiste des biens grands publics.

«Nous intervenons essentiellement dans un périmètre de 15 kilomètres autour d’Aix. Les deux dernières années ont donné lieu à une hausse remarquable du volume de transactions, sous l’action conjointe de la pandémie et des taux d’emprunts historiquement bas. La demande pour les maisons individuelles s’avère bien plus forte, désormais. Si la ville ne comporte pas de mauvais quartier, à proprement parler, le critère différenciant est celui des nuisances. Au centre-ville, les appartements proches des commodités et disposant d’un ascenseur et d’un garage séduisent aussi bien les jeunes acquéreurs que les retraités. Par ailleurs, les biens à rénover dans des copropriétés des années 1960, 70 et 80 constituent également une part significative du marché. Affichés à partir de 240.000 €, certains 3 pièces donnent lieu à de vives négociations. Les investisseurs privilégient les 2 pièces, accessibles à compter de 200.000 €.»

Pascal Boyer - Immobilière Pelletier Savon. (04 42 93 36 93)

Au regard de cette demande foisonnante, le spécialiste déplore une offre qui se raréfie. «Entre les mois de mars 2019 et mars 2020, les prix ont augmenté de 9 %, en moyenne. Au cours des 36 mois écoulés, j’estime que l’augmentation s’établit à près de 20 %. Les secteurs de Luynes, Puyricard et Saint-Marc Jaumegarde constituent autant de valeurs sûres, mais désormais, les acquéreurs font primer la quiétude de l’environnement sur le renom du quartier.»

Ces articles pourraient vous intéresser :