REPORTAGE

Cap Ferret : chère exclusivité

Le marché du Cap Ferret affiche désormais une croissance plus modérée qu’au lendemain de la crise sanitaire, toutefois l’offre demeure rare au sein de cette station balnéaire hautement prisée.

Marina Tonneau est Présidente fondatrice de l’agence Coldwell Banker Immoba Realty du Cap Ferret. «?Ayant réalisé plus de 6 ventes supérieures ou égales à 3 M€ cette année, nous incarnons l’un des leaders du marché local de prestige - nous considérons qu’un bien est dit de prestige à partir de 1 M d’€. »

La clientèle de cette agence est majoritairement bordelaise, parisienne et internationale. Du fait de la rareté de l’offre et du nombre important d’acquéreurs - et ce, malgré un niveau de prix élevé -, le marché de l’immobilier de prestige au Cap Ferret s’avère particulièrement tendu. « En effet, un bien proposé à la vente trouve généralement acquéreur en moins d’une semaine » souligne l’experte.

Dans ce secteur, tous les biens sont recherchés, mais le cœur du marché est incarné par la villa familiale de 4 à 5 chambres, jouissant d’un extérieur et permettant d’accéder à la plage et au centre-ville à pied ou en vélo.

« Composée de cadres supérieurs, de chefs d’entreprises et de célébrités, notre clientèle dispose d’un budget moyen compris entre 2,5 et 3 M d’€. Cependant, au cours des 5 dernières années, les prix ont augmenté de 65 %. Dans le centre du Cap Ferret (code postal 33970), les chiffres se stabilisent aux environs de 20.000 €/m², mais la hausse se poursuit. Le quartier du Mimbeau, le village du Canon et la Pointe aux chevaux s’avèrent les emplacements les plus prisés. Par ailleurs, si les biens neufs demeurent rares, les biens rénovés emportent l’adhésion des acquéreurs qui ne souhaitent pas effectuer de travaux et sont prêts à valoriser ce service. »

Marina Tonneau - Coldwell Banker Immoba Realty.

Présente dans près de 60 destinations dans le monde, l’enseigne Barnes International dispose de 115 bureaux, plus de 40.000 biens à la vente, 1100 collaborateurs et 150.000 clients acquéreurs. Manager des équipes au sein de l’agence du bassin d’Arcachon, Jean Anselyn relève qu’au Cap Ferret, les biens les plus prisés correspondent aux demeures correspondant à l’architecture vernaculaire Ferretcapienne - maisons en bois, au style Bartherotte.

« Ces lieux de villégiature ont vocation à être utilisés en résidence semi-principale. Notre clientèle est essentiellement composée de chefs d’entreprise, cadres supérieurs, fondateurs de start-up et professions libérales. Sur notre marché, la crise sanitaire a provoqué une hausse de près de 40 % des prix. Compte tenu de la rareté de l’offre, nous anticipons une poursuite de cette hausse, à moyen terme, de l’ordre de 5 à 8 %. Par capillarité, le secteur du sud bassin risque de suivre cette tendance. Concrètement, à ce jour, les maisons se négocient à partir de 2 M d’€, au Cap Ferret, soit une valeur de 11.000 à 15.000 €/m². Pour les villas d’exception disposant d’une vue ou étant située en première ligne, les chiffres évoluent de 30.000 à 50.000 €/m². Les emplacements les plus prisés sont incarnés par le centre du Cap Ferret, pour sa proximité avec les petits commerces, la zone protégée des 44 hectares et, de façon plus générale, tous les biens proches de l’eau. Afin de répondre à la demande de nos clients acquéreurs et leur offrir un service global, nous mettons désormais à leur disposition notre savoir-faire en matière de location saisonnière et ce, sur l’ensemble de notre périmètre d’intervention, soit le sud et le nord du bassin d’Arcachon. »

Jean Anselyn - Barnes International. (05 56 26 68 34)

Ces articles pourraient vous intéresser :