REPORTAGE

Toulon : opération séduction

La capitale du Var a connu de profonds aménagements ainsi que l’ouverture de pôles étudiants qui dynamisent son marché locatif, tandis que les quartiers de la haute ville proposent aux acquéreurs une offre diversifiée.

Après Nice et Marseille, Toulon est la troisième ville de PACA en nombre d’habitants.

Etablie au cœur de la haute ville, l’agence Immo + se consacre à la transaction et la location et propose désormais à ses clients, sous l’impulsion de son directeur Christophe Pala, un nouveau service de gestion locative. « Nous intervenons de Bandol à Hyères en passant par Cuers, avec toutefois une prédilection pour le centre de Toulon. Comme partout en France, les acquéreurs exigent désormais des biens disposant d’un extérieur : les maisons (à partir de 350.000 €) et appartements (à partir de 170.000 €) qui disposent d’une terrasse ou d’un jardin voient leur prix augmenter de 3 à 5 %. » Conjointement, le marché de l’investissement locatif connaît une tension car l’exigence de rentabilité est dé­sormais accrue : les investisseurs attendent un rendement de 10 %, sachant que le rapport actuel se situe, en moyenne, autour de 6 %. « La haute ville, le Faron et le Mourillon connaissent un véritable engouement, ainsi que le secteur de la Bastide pour l’investissement locatif, du fait des produits à rénover qui y sont proposés à petit prix. » En raison de la diminution des stocks et de la hausse de la demande, le marché toulonnais fonctionne à flux tendu, avec des délais de transaction très courts. « Nous venons d’ouvrir une nouvelle agence à Hyères qui se consacre également à la transaction, la location et la gestion locative. À compter d’octobre, nous mettrons à disposition de nos clients notre nouveau service de promotion, lequel nous permettra de proposer entre 100 et 200 lots neufs chaque année. »

L’agence Stéphane Plaza Immobilier opère depuis le centre de Toulon, sous la direction de Pierre Seigneur. « Nous intervenons essentiellement sur un secteur qui s’étend de la rade jusqu’au Faron et sommes spécialisés dans la transaction et la gestion locative. L’investissement locatif connaît un essor notable, du fait notamment des nouvelles universités qui ont ouvert à Toulon, avec des tickets d’entrée situés autour de 70.000 € pour les petites surfaces. » Les primo-accédants - dont une majorité de militaires - ainsi que les cadres ou encore les retraités qui ne souhaitent plus faire face à l’entretien d’une maison constituent néanmoins la majorité des acquéreurs : ils cherchent dé­sormais un appartement dans le centre de Toulon avec une terrasse - ce critère est devenu quasi systématique. « La demande atteint de tels niveaux depuis le déconfinement que le volume de transaction en 2020 est équivalent voire supérieur à celui de 2019 et ce malgré la coupure qui nous a été imposée. Ceci étant, l’offre demeure riche à Toulon, de sorte que les prix restent stables, hormis pour les biens en rez-de-jardin ainsi que ceux qui proposent un bel espace extérieur, lesquels voient leur prix augmenter de 10 %. » Les immeubles haussmanniens de la haute ville séduisent. Sont également prisés les secteurs verdoyants et proches du centre, qui offrent une véritable vie de quartier, à l’image de Bas Faron, Siblas-La Loubière et Sainte-Anne. Avec son accès direct aux plages et son atmosphère de village, le quartier du Mourillon demeure coté mais les prix déjà élevés ont probablement déjà atteint un plafond, selon le spécialiste. « Tous nos biens sont des mandats exclusifs avec une durée initiale de seulement un mois afin de permettre à nos clients de juger de la qualité de nos services en toute quiétude » précise Pierre Seigneur.

Ces articles pourraient vous intéresser :